Marché de l’art contemporain : record d’œuvres vendues en 2019, recul du chiffre d’affaires

Taux d’invendus parfaitement stable, augmentation historique du chiffre d’affaires des ventes aux enchères, expansion du marché sur tous les continents… En 2019, le marché de l’art contemporain a explosé le compteur d’Artprice (société française de vente d’œuvres d’art en ligne et de cotation du marché de l’art sur Internet). Comme chaque année depuis 2004, le groupe Artprice doit publier un rapport descriptif du marché de l’art contemporain.
Mais cette année, il assure en fournir ‘une lecture parfaite’ tant pour l’Occident que pour l’Orient.

Le chiffre d’affaires de l’Art contemporain, porté essentiellement par une demande grandissante, a triplé sur la décennie. La dynamique d’achat est plus forte que jamais, tant sur la crête des prix que sur le segment abordable. Le marché français reste le moteur de croissance. Richard Orlinski est l’artiste contemporain français le plus vendu au monde.

Il est l’un des sculpteurs les plus reconnus dans le monde. Il s’est fait une place inégalable, avec son wild Kong. Il est surnommé ‘le sculpteur des stars’. Les artistes français (à savoir Sophie Calle, Pierre Huyghe, Richard Orlinski, Robert Kolmass), portés par une forte demande internationale, dominent le marché du haut de gamme.

Chiffre d’affaires des enchères en hausse de 32 %

Le marché de l’art contemporain en grande forme. Plus de 780 000 lots de “fine art” (installation, estampe, photographie, dessin, sculpture, peinture, etc.) ont été vendus en 2019 aux enchères dans le monde, pour un total de 25 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

C’est la plus grande circulation d’œuvres jamais enregistrée en salles de ventes. Le record est alors battu ! La France, la Chine, les États-Unis et l’Espagne concentrent 91 % des produits de vente.
Toutefois, le marché de l’art enregistre une baisse de 6 % par rapport à l’année dernière. Le nombre d’œuvres vendues aux enchères a donc battu un record absolu en 2019.
En termes de chiffre d’affaires, le marché de l’art contemporain enregistre une hausse de 32 % par rapport à l’an dernier où il avait atteint 18 milliards d’euros. Il est important de noter que le taux d’invendus reste stable, à 42 %, tout comme l’indice total des prix.

L’Hexagone se paie le luxe d’avoir la meilleure progression mondiale. Si les œuvres vendues pour deux millions d’euros ou plus ne représentent que 1. 9 % du global de l’enchère, leur nombre a néanmoins été multiplié par cinq depuis 2015.