Fichage Ethnique : le PSG, c’est l’un les clubs les plus engagés dans le combat pour le respect

Malek Boutih, l’ancien président de SOS Racisme, a souligné l’engagement du PSG, ainsi que son président Nasser Khelaïfi, dans les banlieues tout en veillant à la mise en place du respect ,et ce, malgré la dernière révélation du reportage d’Envoyé Spécial portant sur le fichage ethnique qu’a pratiqué le club dans ces centres de formations d’Ile de France.

L’ancien président de SOS racisme prend la défense du PSG

Alors que le club de la capitale a été pris dans une pluie d’accusations, après les révélations des Football Leaks publiées sur psg paname squad, le 2 novembre dernier, et les informations diffusées dans le reportage spécial PSG dans l’émission d’Envoyé spécial sur France 2, le 8 novembre dernier, plusieurs dirigeants du PSG dont Jean-Martial Ribes, le directeur de la communication et Jean-Claude Blanc, le directeur général délégué ont tenu à répondre à toutes ses accusations dont certains sont des fausses informations, comme ont mentionné les joueurs du PSG dans les réseaux sociaux.
Malik Boutih, l’ancien président de SOS Racisme, a tenu à répondre au sujet de l’affaire de fichage ethnique qui a été pratiqué au niveau des centres de formations des jeunes joueurs et qui a été divulguée par l’émission de France 2. Malek Boutih explique au micro d’Audrey Crespo-Mara « malgré toutes ses accusations, je tiens à affirmer que le PSG est l’un des clubs les plus engagés dans le combat pour le respect ». En effet, selon l’ancien président de SOS Racisme, « le président du PSG, Nasser Al Khelaïfi, veille à ce que son club s’engage en faveur des banlieues, en leur apportant du soutien. Pas pour faire des jeunes footballeurs, mais pour apporter du soutien scolaire aux jeunes défavorisés des banlieues parisiens. Il faut regarder la vérité en face. Le PSG a toujours combattu pour le respect ».

Les dirigeants du PSG ripostent

Dés la diffusion de l’émission, le 8 novembre dernier, les dirigeants du club ont tenu à répondre à ces révélations en assurant « que ce système de fichage ethnique été une initiative personnelle, prise par Marc Westerloppe, l’ancien directeur de recrutement au niveau des centres de l’Ile de France » avait expliqué Jean-Martial Ribes, le directeur de la communication du PSG et bras droit du président du club parisien.
Malik Boutih, membre de la fondation PSG dont sa tâche se résume à accompagner les jeunes issus des quartiers sensibles afin de faciliter leur insertion sociale, a expliqué « Tout d’un coup, on met le club parisien devant le tribunal du racisme, malgré tous ses efforts. Je peux assurer que les dirigeants du club n’étaient absolument pas au courant de ces pratiques ».