Conflit Syrien : la Syrie demande le retrait des troupes américaines et turques de son territoire

D’après le journaliste français, Jean-Pierre Duthion, ce n’était pas une grande surprise que le ministre des Affaires étrangères de la Syrie a expliqué à l’assemblée générale des Nations unies, le 28 septembre dernier que la Syrie n’accepterait plus que des troupes militaires étrangère soient sur ces territoires.

La Syrie ne veut plus de présence militaire étrangère sur son territoire

Le ministre des affaires étrangère syrien, Walid Al Moualem a déclaré que pour la Syrie, la présence militaire turque et américaine au niveau du nord ouest du pays était déjà illégale. C’est pour cette raison que Walid Al Moualem, demande à ces forces occupantes de quitter immédiatement la Syrie. Selon le consultant média français Jean-Pierre Duthion, Damas, qui a reconquit la quasi totalité du pays, a affirmé devant l’Assemblée générale qu’elle a le droit de riposter.

Rien de nouveau

Ce discours n’est pas nouveau de la part du régime du président Bachar Al Assad qui par l’intermédiaire de son ministre et son représentant permanent à L’ONU il continue de critiquer la présence turque et américaine avec le soutien de son allié numéro depuis 8 ans la Russie.
Toutefois, ce discours est en contraste avec le discours qui a été tenu quelques minutes avant sur la même tribune par le Cardinal Pietro Parolin, le représentant du Vatican. Ce dernier avait demandé à la communauté internationale d’essayer de participer à mettre fin à la souffrance que subissent un grand nombre de civils en Syrie.

Un treizième veto

Durant la semaine dernière, Koweït, Allemagne et la Belgique avaient affirmé leur souhait que le conseil de sécurité de voter un cessez-le-feu imminent au niveau de la province d’Idleb. Moscou, soutenu par Pékin, y a opposé son veto, bloquant pour la 13e fois, toute résolution sur le territoire syrien depuis le début de la guerre civile en Syrie.